• var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-30535001-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();

Mémoires de la Seconde guerre mondiale: l’Etat et la mémoire de la guerre.

Posté par bricabraque le 17 mars 2008

http://farm1.static.flickr.com/170/368043980_45a17c9e68.jpg

Sculpture à la mémoire des déportés des camps nazis dans le cimetière du Père-Lachaise.

 

 * Les grands procès : 

Ils ont été, certes, imposés par l’action des Juifs de France, mais l’Etat prend le relais à partir du début des années 1980.

 * Les commémorations prennent différentes formes :     

   - pose de plaques commémoratives un peu partout (sur les écoles de la ville de Paris, entre autres).    

   http://www.linternaute.com/paris/sortir/photo/balade-a-la-decouverte-des-curiosites-funeraires-de-paris/image/memorial-shoah-339530.jpg

Le Mémorial de la Shoah dans Le Marais à Paris.

 

- construction de mémoriaux dans l’ensemble du pays (monument commémoratif à l’emplacement du Vel’d’Hiv’ en 1994 ; musée mémorial d’Izieu en 1994 ; en janvier 2005 dans le Marais). 

      - le 16 juillet est la journée nationale commémorative des persécutions racistes et antisémites commises sous l’autorité de fait dite « gouvernement de l’Etat français » (1993).

 * Lutte accrue contre le négationnisme et les « assassins de la mémoire » (Pierre Vidal-Naquet) :    

  - condamnations en diffamation de Faurisson et Le Pen. 

      - la loi Gayssot de 1990 qualifie de délit et réprime pénalement toutes « négations des crimes contre l’humanité ».

http://historia-geographia.jimdo.com/s/cc_images/cache_915593811.jpg

Caricature de Plantu lors du procès Barbie.

 

 * Reconnaissance officielle des crimes de l’Etat français :      

  - jusque-là, aucun des présidents de la Ve République n’avait voulu les reconnaître pour diverses raisons : volonté de préserver l’unité nationale ; refus d’impliquer la République puisqu’elle avait été supprimée par Vichy. Des gaullistes à François Mitterrand, Vichy est un accident dans l’Histoire de la France et le pays ne doit pas reconnaître sa responsabilité dans la déportation juive.   

    - En 1995, Jacques Chirac reconnaît officiellement : « Oui, la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’Etat français ».

-          La mission Mattéoli est chargée d’indemniser les familles juives spoliées. 

 

 -          La fondation pour la mémoire de la Shoah, présidée par Simone Veil, est créée en  2000. 

 

 ♠ ♠ ♠ ♠ ♠ 

Rappelons en guise de conclusion à cette série d’article consacrée aux mémoires de la seconde guerre mondiale en France que tout le passé n’est pas soldé et, décidément, Vichy est « un passé qui ne passe pas » (Henry Rousso). Entre autres exemples, l’émoi suscité par les révélations du passé vichyste de François Mitterrand de 1941 à 1943, les rumeurs et accusations autour de l’arrestation de Jean Moulin, etc. 

* La reconnaissance des souffrances des déportés n’est pas encore totalement reconnue et célébrée pour des groupes comme les Tziganes, les Témoins de Jéhovah. 

 

Liens:

- Le formidable site de Dominique Natanson consacré à la mémoire de la Shoah.

- La reconnaissance progressive de la responsabilité de l’État français, sur le site du CRDP de Reims.

- Sur le « jardin des retours », Jacques Chirac, 53e anniversaire de la rafle du Vel’ d’Hiv’ (16 juillet 1995).

- Le site du Mémorial de la Shoah.

- Tous les autres articles consacrés aux Mémoires de la Seconde guerre mondiale sur Bricabraque.

 

Laisser un commentaire

 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...