• var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-30535001-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();

La politique des bons sentiments.

Posté par bricabraque le 10 octobre 2008

 La politique des bons sentiments. dans guerre froide / relations internationales jimmy-carter2

Jimmy Carter.

A peine élu président, en 1976, Jimmy Carter prend conscience que le prestige des Etats-Unis a été considérablement affaibli par le conflit vietnamien. L’antiaméricanisme atteint alors des sommets. Le scandale du Watergate, la démission de Nixon et le calamiteux intérim assuré par Gerald Ford accentuent encore le phénomène. Profondément croyant, Carter ambitionne de restaurer l’image de marque des Etats-Unis. Il entend mener une politique respectueuse des droits de l’Homme et du droit international. Cette politique se caractérise, notamment, par l’abandon du soutien systématique des Américain aux dictatures faisant barrage au communisme (notamment en Amérique latine).

Begin-Carter-et-Sadat-au-Camp-David-en-1978 dans modèle américain 

Begin, Carter et Sadat lors des accords de Camp David.

Le président remporte quelques succès tels que la signature des accords de Camp David en 1978 (l’Egypte reconnaît Israël qui évacue le Sinaï); le boycott des JO de Moscou (en 1980) arraché à certains de ses alliés, afin de protester contre les violations des libertés essentielles dans le bloc de l’est; l’embargo sur les exportations de céréales et de haute techonologie vers  l’URSS; le soutien aux dissidents du bloc communiste.

Mais cette attitude vertueuse s’accompagne aussi d’un recul de l’influence américaine:

- en Amérique latine, avec l’arrivée au pouvoir des Sandinistes au Nicaragua, en 1979. Ces derniers chassent le dictateur Somoza, fidèle allié des Etats-Unis.

602682-735845 dans notions et définitions

Otages américains dans leur ambassade, à Téhéran.

- La révolution islamique en Iran et l’arrivée au pouvoir de l’ayatollah Khomeiny qui chasse le Shah, soutien docile de Washington au Moyen Orient. L’affaire des otages américains séquestrés dans l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran finit de déconsidérer Carter qui perd les élections face au républicain Ronald Reagan, en 1980.

Une Réponse à “La politique des bons sentiments.”

  1. Alice dit :

    Merci beaucoup ! Actuellement en révisions de bac ES, toute information comme celle-là enrichit !!

Laisser un commentaire

 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...