• var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-30535001-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();

La peine de mort et le droit de grâce en débats.

Posté par bricabraque le 24 août 2009

La peine de mort et le droit de grâce en débats. dans documents audio fallieres_droit_grace_04

En exerçant son droit de grâce dans l’affaire Soleilland, le président Armand Fallières provoque la colère d’une grande partie de l’opinion. Cédant sous la pression, il n’utilisera plus ce droit et de nombreuses têtes tomberont à la fin de son mandat.

 

Au cours de la première décennie du XXè siècle, le camp des abolitionnistes (dont Clemenceau, Aristide Briand, Jaurès) semble même en passe de l’emporter. C’est alors que survient l’affaire Soleilland. Le 31 janvier 1907, à Paris, une fillette de 11 ans, Marthe Erbelding, est violée par un ami de ses parents. Ce crime sordide change totalement la donne. Comme le rappelle Jean-Marc Berlière (voir sources), « ce crime aura pour conséquence de repousser de trois quart de siècle l’abolition de la peine de mort. » 

 

A lire sur l’histgeobox.

Laisser un commentaire

 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...