• var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-30535001-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();

Des Apaches de l’ouest américain à ceux du Paris populaire des années 1900.

Posté par bricabraque le 27 octobre 2010

A partir de 1900, les journaux parisiens usent du terme apache pour désigner les jeunes délinquants des faubourgs parisiens en rupture de famille ou d’atelier. Le terme symbolise à merveille selon eux l’émergence de la criminalité juvénile et permet de cristalliser l’anxiété d’une société industrielle en pleine mutation. Nous nous interrogerons ici sur les raisons de cette appellation.Les chansons populaires d’Aristide Bruant célèbrent ce Paris apache et nous servent de fil directeur.
Des Apaches de l'ouest américain à ceux du Paris populaire des années 1900. dans France société et culture 867-1Apaches en 1900. Manda poignardant Leca sous les yeux de Casque d’Or, scène reconstituée (© Roger-Viollet).

 

Lire la suite sur l’histgeobox.

 

Laisser un commentaire

 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...