• var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-30535001-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();

Diaporama: de la décolonisation au Tiers Monde.

Posté par bricabraque le 20 janvier 2008

 Diaporama: de la décolonisation au Tiers Monde. dans décolonisations gandhi2

Gandhi et Nehru.

Téléchargez la première partie du diaporama consacré à la décolonisation.

Publié dans décolonisations, diaporamas, TCFE | Pas de Commentaire »

La guerre d’Algérie.

Posté par bricabraque le 19 janvier 2008

La guerre d’Algérie.  dans Afrique

Arrestations durant la bataille d’Alger.

De nombreux liens vers les archives de l’INA consacrés à la guerre d’Algérie en cliquant sur les groupes de mots en couleur.

La présence française en Algérie remonte à 1830. Il s’agit d’une colonie très particulière aux yeux de la métropole :

- c’est la seule colonie de peuplement de l’Empire français. Une population d’origine européenne, les pieds noirs, y vit, 1 millions de personnes, pour 8 millions d’arabes et de berbères.

- son territoire est divisé en trois département, directement rattachés à la métropole.

* Mais, pas plus qu’ailleurs, les autochtones n’ont de droits et les inégalités sociales et économiques y sont énormes.

   Le nationalisme algérien se développe tardivement, en raison de l’ancienneté de la colonisation d’un territoire qui ne fut jamais indépendant. Entre les deux guerres, il est balbutiant. La seconde guerre mondiale accélère le développement du sentiment national. Les Américains, présents sur place, encouragent les mouvements nationalistes.

D’autres influences jouent un rôle non négligeable dans l’essor du mouvement au lendemain du conflit: l’islam représente un élément fédérateur et identitaire clef, l’ONU devient une tribune remarquée pour les nationalistes algériens, enfin les pays arabes voisins attisent aussi le feu sous la cendre.Les massacres de Sétif, le 8mai 1945 représentent une prise de conscience fondatrice. Après 1945, les mouvements se structurent: à l’Union Du Manifeste Algérien (UDMA) de Ferrhat Abbas, succède le Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques (MTLD) de Messali Hadj. C’est à partir de ce groupe que se constitue, par scission, le Front de Libération Nationale (FLN), créé en 1954 par de jeunes hommes (Ahmed Ben Bella, Krim Belkacem, Hocine Aït Ahmed, Mohammed Boudiaf, etc.).

fln56 dans Algérie 

Les chefs historiques du FLN. 

La guerre éclate à la Toussaint 1954 (« la Toussaint rouge). Le FLN se signale par des attentats et une action de guérilla. Elle s’amplifie de 1955 à 1956. Le président du conseil Edgar Faure y envoie le contingent en 1955.  Son successeur, Guy Mollet, élu pour faire la paix en Algérie, enfonce en fait  le pays dans la guerre et couvre les exactions de l’armée, sous couvert de « pacification ». L’armée gagne la « bataille d’Alger » en utilisant la torture. Gangrenée par l’extrême droite, elle bafoue le droit international (arraisonnement de l’avion de Ben Bella en 1956, bombardement de Sakhiet en 1958).

personnes%5C1000_1999%5C1210%5C2007104153559 dans décolonisations 

Le lieutenant Le Pen participe activement à la bataille d’Alger.  

  La France est rongée par le cancer algérien (1957-58).

- Elle affronte une grave crise morale face à l’emploi de la torture d’une part et, de l’autre, à l’action des « porteurs de valises ».  - Le coût de la guerre est énorme : financier et économique, moral, international (le pays est régulièrement condamné par l’ONU).  * L’impuissance politique est totale : dès qu’un gouvernement aborde la question, il tombe ! De mai 1957 à mai 1958, 4 gouvernements se succèdent. Le 13 mai 1958, doit être investi par l’Assemblée nationale le gouvernment de Pierre Pflimlin, réputé favorable à des négociations en Algérie. A Alger, les Pieds Noirs et les partisans de l’Algérie française, aidés par l’armée qui aurait dû les en empêcher, créent un Comité de Salut Public et prennent d’assaut les bâtiments officiels. La foule acclame très vite … de Gaulle!!! Ce dernier et ses partisans, au courant de la tentative d’insubordination, deviennent le recours. Le 13 mai et les conditions de l’arrivée au pouvoir de De Gaulle sont, aujourd’hui encore, l’objet d’une polémique et de diverses interprétations. Le 1er juin 1958, le général devient le Président du Conseil et son gouvernement est investi par l’Assemblée, qui l’autorise à préparer une nouvelle constitution. La IVème République vit ses derniers jours.    algerie-de_Gaulle1958 dans TCFE Manifestation de pieds noirs à Alger le 23 mai 1958, les portraits de De Gaulle sont brandis.

* De Gaulle mène politique opportuniste. Logiquement appelé par les partisans de l’Algérie française. Dès son investiture, il va à Alger (« je vous ai compris ») et lance un programme de réformes (plan de Constantine). Pendant un an, il se mure dans le silence et, en septembre 1959, il se prononce pour l’autodétermination du peuple algérien. Les partisans de l’Algérie française se sentent trahis et, dès lors, la guerre devient une guerre à trois…   

ici-on-noie-les-algeriens

* La guerre à trois : le FLN et les « porteurs de valise », le pouvoir, les partisans de l’ « Algérie française » : pieds noirs (et après 1961, l’OAS) et une partie de l’armée. Ces derniers fomentent 2 rébellions : la « semaine des barricades » en janvier1960 ; le « putsch des généraux » en avril 1961, qui, mal préparé, échoue grâce à la poigne de DG et à la fidélité des appelés du contingent. 

d8o8n40b

Le « putsch des généraux » en avril 1961.

110192

Une manifestation organisée par le PCF est réprimée impitoyablement par les forces de l’ordre sous l’autorité de Maurice Papon. Au niveau du métro Charonne, huit manifestants ne se reléveront pas.

  * La guerre justifie un net recul des libertés: l’article 16, appliqué lors du putsch; censure, manifestations interdites, police musclée, ratonnades d’octobre 1961 et rôle de M. Papon, Charonne (février 1962).  

  * Il faut terminer la guerre: la 1ère conférence d’Evian (mai 1961) échoue, mais pas la 2ème : elle aboutit aux accords d’Evian (le 18 mars 1962).Les accords : cessez-le-feu ; garanties pour les Européens ; droits français sur les hydrocarbures algériens pendant 5 ans ; bases militaires pour 3 ans.  Le 3 juillet 1962, l’indépendance de l’Algérie est proclamée par le FLN et son bras armé l’Armée Nationale de Libération (ALN). L’accès à l’indépendance se déroule dans un climat de violence : les pieds noirs sont contraints au départ vers la France, tandis que nombre de Harkis, des soldats algériens combattants dans l’armée française, sont massacrés. Ben Bella devient Président de la République, mais il est renversé en 1965 par un coup d’Etat militaire qui place au pouvoir le chef de l’ALN, Houari Boumediene.  

algerieguerre-9 

Scènes de liesse à Alger après la signature des accords d’Evian.

Le bilan du conflit s’avère très lourd : près de 500 000 victimes côté algérien pour 25 000 soldats français, des milliers de Harkis massacrés. L’économie algérienne est profondément désorganisée par la guerre (destruction d’infrastructures, cultures anéanties) et le départ des pieds-noirs qui détenaient les postes clefs.

 Petit-Clamart1819

Les impacts de balles sur la DS présidentielle après l’attentat du Petit Clamart, le 22 août 1962.

La révision institutionnelle de 1962 en France est aussi une conséquence de la guerre d’Algérie. L’OAS poursuit DG de sa haine et multiplie les attentats. L’un d’eux, l’attentat du Petit  Clamart (août 1962), faillit lui être fatal. DG a peur que le régime qu’il a créé soit moins légitime s’il meurt. Il propose alors l’élection du Président de la République au suffrage universel direct, pour qu’il soit l’élu du peuple. Mais les parlementaires, dépossédés d’une de leurs prérogatives, refusent et mettent en minorité le gouvernement (vote d’une motion de censure, droite et gauche confondues). DG dissout l’Assemblée nationale et oblige les députés à défendre son projet :  élections de 1962 ; referendum. 

fr-doc-202 

Le 20 septembre, une assemblée constituante investit le gouvernement dirigé par un des fondateurs du FLN, Ahmed Ben Bella. La constitution de 1963 instaure le parti unique (le FLN). Désormais, l’armée arbitre la vie politique, fait et défait les prétendants au pouvoir, souvent issus de ses rangs. Le colonel Boumediene renverse Ben Bella et accapare le pouvoir de 1965 à 1978, avant d’être chassé à son tour par le colonel Chadli (1978-1992).

Liens:

- Des pistes sur le site des Rendez-vous de l’histoire 2002.  

- Le récit instructif d’un ancien d’Algérie ayant servi sous les drapeaux, de 1955 à 1957.

Publié dans Afrique, Algérie, décolonisations, TCFE | 4 Commentaires »

1949: l’Indonésie accède à l’indépendance.

Posté par bricabraque le 16 janvier 2008

1949: l'Indonésie accède à l'indépendance. dans approfondir indonesian_delegate_united_nations 

Une délégation d’Indonésiens à l’ONU en 1947.

Les Japonais font la conquête de l’Indonésie en 1942, territoire contrôlé depuis le XVIIème siècle par les Néerlandais. Aussitôt ils proscrivent les langues occidentales et lancent une intense propagande anti-occidentale. Les leaders nationalistes Hatta et Sukarno sont libérés. Ce dernier est le fondateur du parti nationaliste indonésien (1927), emprisonné par les Néerlandais depuis 1933.

Cette stratégie nippone vise avant tout à rallier les Indonésiens, les inciter à collaborer. Mais, rapidement, face au pillage économique de l’archipel par les Japonais, les premiers heurts interviennent. Alors que le Japon a capitulé, Sukarno proclame l’indépendance de l’Indonésie, le 17 août 1945. Les Indonésiens s’emparent des postes clefs, promulguent une constitution. Ils entendent ainsi construire un Etat avant le retour probable des Néerlandais.

 dans décolonisations 

Sukarno.

Les Anglais débarquent dans l’archipel le 16 septembre 1945, avec les Néerlandais à leur suite. Les affrontements se multiplient et les Hollandais rétablissement leur autorité partout où ils le peuvent. Les Anglais se retirent rapidement de ce guêpier, tandis que les Etats-Unis font pression sur les Néerlandais afin qu’ils ne s’engagent pas dans un processus de recolonisation.

Les Hollandais doivent transiger. Ils proposent la création d’un Commonwealth indonésien. Un accord de novembre 1946 donne naissance à une fédération batavo-indonésienne dont le chef serait la reine des Pays-Bas. Cette formule fédérale est retenue, les Hollandais espérant ainsi diviser pour mieux régner.

 Aux Pays-Bas, cette décision ne passe pas. Les lobbys conservateurs favorables à la colonisation s’insurgent face à ce qu’ils considèrent comme une reculade pitoyable. Le 21 juillet 1947, les troupes néerlandaises lancent une offensive pour reconquérir l’archipel. Un cessez-le-feu intervient le 3 août. L’Indonésie est sous contrôle.

u1314795inplq1 dans notions et définitions

Sukarno et Marilyn Monroe en 1962.

Pendant près de deux ans (1947-1949), les Néerlandais tentent de s’imposer, quitte à utiliser la force face à une population majoritairement hostile. La pression internationale pèse alors de tout son poids :

- l’ONU, qui condamne le colonialisme dans sa charte, dénonce l’attitude des Pays-Bas.

- Les EU, première colonie à accéder à l’indépendance, menacent de refuser l’aide matérielle du plan Marshall en cas d’entêtement néerlandais.

- L’URSS condamne par principe l’impérialisme capitaliste et occidental.

- De nombreux pays asiatiques boycottent les Pays-Bas par solidarité avec les Indonésiens.

Dans le même temps, la guérilla sévit avec rage. Les Néerlandais doivent négocier. Un accord, signé à La Haye  le 23 août 1949, reconnaît l’indépendance des Indes néerlandaises orientales.

Lien:

- une biographie de Sukarno sur le blog de Jérôme Picq.

- la création des Etats-Unis d’Indonésie, par World Perspective monde.

Publié dans approfondir, décolonisations, notions et définitions, TCFE | 2 Commentaires »

L’indépendance de l’Inde (1945-47)

Posté par bricabraque le 9 janvier 2008

L’indépendance de l’Inde (1945-47)  dans décolonisations 2005041513761701

Jawaharlal Nehru ET Mohammad Ali Jinnah. — The Hindu Photo Archive

Une indépendance programmée :

* L’essentiel du travail a été mené avant 1939 par les nationalistes indiens du Parti du Congrès, mené par Gandhi et son disciple Nehru. Le parti adopte la stratégie de Gandhi de « non coopération » pacifique, qui se caractérise par une grève de l’impôt, un boycott des produits britanniques, des marches de protestations non-violentes et des sit-in. Tactique payante puisqu’il arrache à la métropole britannique l’Indian Act de 1935.  En 1942, l’offensive japonaise et la poussée nationaliste incitent Londres  à transformer l’Inde en dominion. Proposition refusée par les Indiens. 

 Le parti du Congrès vote en 1942 la résolution Quit India, « Quittez l’Inde ».

gandhi2 dans notions et définitions 

Nehru et Gandhi, les dirigeants du parti du congrès.

Au lendemain du second conflit mondial, les Britanniques, conduits par le travailliste Clement Attlee, semblent résignés à l’indépendance. 

* Les négociations se déroulent entre Gandhi et Nehru pour le Parti du Congrès, Lord Mountbatten, vice-roi des Indes, pour les Britanniques. Gandhi et Nehru entendent créer un Etat unitaire, multi religieux, neutraliste. Mais tout se complique avec la volonté des Indiens musulmans, minoritaires, rassemblés dans la Ligue musulmane d’Ali Jinnah, de se rassembler dans un Etat séparé des Hindous, majoritaires.

glordm dans TCFE 

Gandi et le vice-roi des Indes, représentant de la métropole en Indes, Lord Mountbatten.

Une guerre civile : 

* Hindous et Musulmans s’affrontent en une guerre religieuse et civile (aiguisée par Londres, qui espère en tirer des avantages) de 1946 à 1947, ce qui pousse Atlee à accélérer le transfert de pouvoir. En août 1947, c’est la partition du pays. Deux Etats apparaissent :      

 - la majeure partie constitue l’Union indienne, à majorité hindoue ; 

      - au Nord-Ouest (vallée de l’Indus) et à l’Est de l’Inde (Bengale), là où les musulmans dominent, se constitue le Pakistan, dont les deux parties sont distantes de 1800 km…

 340px-Partage_de_l'Inde.svg

 Carte de la partition de l’Inde en 1947

* La guerre fait plus d’un million de morts, dont Gandhi, assassiné par un fanatique hindou (janvier 1948) qui réclame la création d’un Etat exclusivement hindou (hindoustan). On assiste à de gigantesques transferts de populations (plus de dix millions de personnes), accompagnés de terribles massacres.

 refugies_inde432

Des réfugiés musulmans essayant par tous les moyens de rejoindre le Pakistan lors de l’exode en 1947.
(Photo : AFP)

Le Pakistan se sépare de sa partie orientale en 1971 pour devenir le Bangladesh. 

Lien vers une courte video sur le site de l’INA: « L’Inde un après l’indépendance« .

Publié dans décolonisations, notions et définitions, TCFE | 7 Commentaires »

1...56789
 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...