• var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-30535001-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();
  • Accueil
  • > France société et culture

Ode au Maréchal.

Posté par bricabraque le 18 juin 2011

Ode au Maréchal. dans France politique 13045-15

Sous le régime de Vichy, le chant choral est paré de toutes les vertus. Chorale de la France Nouvelle (direction de la Propagande du secrétariat à la Jeunesse). Paris, Gaumont-Palace, septembre 1941.Cliché trouvé sur Paris en images.

 

En juillet 1941 est publié Maréchal nous voilà, « l’hymne » du régime de Vichy, le chant qui illustre le mieux l’extrême personnalisation du pouvoir.

(…)

L’hymne vichyste loue jusqu’à l’écœurement les mérites du chef . Les jeunes auxquels s’adressent la chanson (« nous voilà ! ») se prosternent devant l’ancêtre dont ils « vénèrent [les] ans » (il a 85 ans en 1941!). Omniscient, Pétain est à la fois le »sauveur de la France« , un martyr qui n’hésite pas à se sacrifier (« En nous donnant ta vie » fait référence au discours du 17 juin 1940: « Je fais à la France le don de ma personne »). C’est aussi un guide sûr qui assurera le redressement de la France grâce à sa Révolution nationale:  » Français levons la tête, Regardons l’avenir ! « , «Exaltons le travail ».

Lire la suite sur l’histegobox.

Publié dans France politique, France société et culture, L'HISTGEOBOX / musique et politique, Mémoires de la Seconde guerre mondiale. | Pas de Commentaire »

Jeunesses dangereuses.

Posté par bricabraque le 14 mai 2011

Jeunesses dangereuses. dans France société et culture gavroche

Personnage du tableau de Delacroix La Liberté guidant le peuple (1830) qui a inspiré à Victor Hugo le Gavroche des Misérables (1862).

 

« Le père redoute ses enfants. Le fils s’estime l’égal de son père et n’a plus pour ses parents ni respect, ni crainte. Ce qu’il veut, c’est être libre. Les élèves couvrent leur professeur d’insultes. Les jeunes veulent tout de suite la place de leurs aînés; les aînés pour ne pas paraître retardataires ou despotiques, consentent à cette démission. »

Si ces propos sonnent à nos oreilles de manière familière, ils sont pourtant attribués à Platon, il y a plus de 2500 ans.

Sans remonter si loin, depuis le XIXème siècle, une partie de la classe politique et des médias ne rechigne pas à brandir à intervalle irrégulier et dans des contextes spécifiques, le « péril jeune ». Les caractérisations dénigrantes et la hantise de la transgression imposent alors la figure de la délinquance juvénile, érigeant la jeunesse en menace. A intervalle irrégulier, on nous rejoue le coup du « péril jeune ».

La « jeunesse coupable » est identifiée sous les monarchies censitaires et le second empire sous les traits des petits vagabonds des grandes villes (le gamin de Paris) et des nouvelles couches de migrants prolétarisés, entassés dans les faubourgs ou les quartiers pauvres (« les classes dangereuses« ). Au début du XXè, la figure de l’ « apache » symbolise l’essor de la criminalité juvénile. La question disparaît avec la grande guerre pour ne ressurgir qu’aux lendemains de la suivante avec l’apparition du phénomène des « blousons noirs ». Depuis une trentaine d’années, elle se polarise sur la jeunesse immigrée de banlieue. Ces représentations alimentent une obsession sécuritaire, repérable d’un siècle à l’autre. En 1907 déjà, un reporter notait : «L’insécurité est à la mode, c’est un fait». 


Pourquoi avons nous peur des Jeunes? Nous tentons d’y répondre sur Samarra.

Publié dans France société et culture, SAMARRA | Pas de Commentaire »

Quand les baby boomers entrent en adolescence.

Posté par bricabraque le 31 mars 2011

http://4.bp.blogspot.com/-YEkTvAUYDdw/TXixXHsVdeI/AAAAAAAABP8/3EaUKrWtofs/s1600/02-Salut-Les-Copains.jpg

Au cours des années 1950, la hausse de la natalité, du temps libre et du pouvoir d’achat des adolescents constituent autant de facteurs permettant l’émergence de la jeunesse comme acteur social et culturel. Comme jamais auparavant , les jeunes se distinguent de leurs parents. Nous nous intéresserons ici plus particulièrement au phénomène yéyé dont l’apparition s’explique, entre autres, par l’existence d’un public potentiel conséquent, par la prise de conscience de ce marché par les acteurs économiques (industrie du disque avec l’apparition du microsillon, l’émission Salut Les Copains sur Europe N°1…) en lien avec l’essor des médias de masse.

Lire la suite sur l’histgeobox consacré au titre « l’idole des jeunes » de Johnny Hallyday.

 

 

Publié dans 1968, France politique, France société et culture, L'HISTGEOBOX / musique et politique | 1 Commentaire »

L’affiche rouge.

Posté par bricabraque le 26 février 2011

La participation des étrangers et des immigrés dans la Résistance fut longtemps minorée. Plusieurs éléments expliquent cette situation: dans le contexte troublée de 1939, les étrangers fixés en France ont tendance à taire leurs origines. En outre, de nombreux réfugiés politiques, ayant participé à la Résistance dans le cadre de la lutte antifasciste, regagnent leurs pays à la Libération. Enfin, la Résistance tente de faire vibrer avant tout la fibre patriotique et craint de prêter le flanc à la propagande vichyssoise prompte à dénoncer l’influence pernicieuse des étrangers au sein des organisations clandestines. Pourtant, qu’il s’agisse d’anciens des Brigades internationales, d’exilés antinazis allemands et autrichiens, de prisonniers de guerre soviétiques, d’Italiens antifascistes, de réfugiés républicains espagnols, l’engagement actif des étrangers dans la Résistance doit être réévalué.

L'affiche rouge. dans France politique afficherouge-3

Pour beaucoup la résistance s’impose comme une nécessité autant qu’un choix et prolonge les combats entamés avant guerre au sein des Brigades internationales ou au début du conflit pendant la campagne de France (100 000 étrangers incorporés dans l’armée française). Les républicains espagnols par exemple comptent parmi les premières victimes du régime de Vichy qui les considère comme des « rouges » à neutraliser grâce aux internements dans des camps de main d’œuvre immigrée ou en les envoyant travailler en Allemagne, voire en les déportant (8000 à Mauthausen). On compte parmi ces résistants de nombreux juifs, étrangers mais aussi Français, rapidement convaincus de la nécessité de la lutte contre un régime antisémite qui épaule avec zèle l’Occupant dans sa politique de persécution. Il en va de même pour les Arméniens, hantés par le souvenir du génocide perpétré par les autorités ottomanes au cours de la grande guerre. Nombre d’immigrés se dotent d’organisations nationales propres à l’instar des Polonais du Nord de la France (POWN, PKWN) ou des Espagnols dans le Sud Ouest (UNE). Beaucoup d’autres s’engagent auprès d’organisations résistantes françaises, en particulier au sein des FTP-MOI (Main d’œuvre immigrée) communistes.

Ce groupe sera décimé par les forces par la traque des polices françaises et allemandes, mais leur mémoire reste bien vivante, en particulier grâce à l’affiche rouge, à laquelle nous nous intéressons sur l’histgeobox.


Publié dans France politique, France société et culture, L'HISTGEOBOX / musique et politique, Mémoires de la Seconde guerre mondiale. | Pas de Commentaire »

La chanson de Craonne.

Posté par bricabraque le 30 novembre 2010

La chanson de Craonne. dans France politique craonne_manuscrite

Reproduction d’un fragment de lettre [1917) comprenant deux versions de la Chanson de Craonne (avec l’aimable autorisation du CRID 14-18).

 
La chanson de Craonne s’est progressivement imposée aux yeux de nos contemporains comme la chanson emblématique de la grande guerre. Elle jouit d’une aura particulière et des légendes tenaces continuent à courir sur son compte. D’aucuns affirment, alors qu’aucune source ne l’atteste, que les autorités militaires françaises auraient promis une forte récompense à quiconque dénoncerait l’auteur du morceau. Autre idée reçue, la Chanson aurait été interdite de diffusion sur les ondes jusqu’à une date récente. Or il n’en est rien!

 

La genèse de ce document de l’oralité, multiple et malléable est à découvrir sur l’histgeobox.

Publié dans France politique, France société et culture, L'HISTGEOBOX / musique et politique | 2 Commentaires »

Des Apaches de l’ouest américain à ceux du Paris populaire des années 1900.

Posté par bricabraque le 27 octobre 2010

A partir de 1900, les journaux parisiens usent du terme apache pour désigner les jeunes délinquants des faubourgs parisiens en rupture de famille ou d’atelier. Le terme symbolise à merveille selon eux l’émergence de la criminalité juvénile et permet de cristalliser l’anxiété d’une société industrielle en pleine mutation. Nous nous interrogerons ici sur les raisons de cette appellation.Les chansons populaires d’Aristide Bruant célèbrent ce Paris apache et nous servent de fil directeur.
Des Apaches de l'ouest américain à ceux du Paris populaire des années 1900. dans France société et culture 867-1Apaches en 1900. Manda poignardant Leca sous les yeux de Casque d’Or, scène reconstituée (© Roger-Viollet).

 

Lire la suite sur l’histgeobox.

 

Publié dans France société et culture, L'HISTGEOBOX / musique et politique | Pas de Commentaire »

De l’anonymographe de Tulle au Corbeau de Clouzot.

Posté par bricabraque le 25 août 2010

De l'anonymographe de Tulle au Corbeau de Clouzot. dans France société et culture 18868083                                                                            

Une affiche du Corbeau, le film de Henri-Georges Clouzot.

 

Pendant près de cinq ans, un corbeau sema le trouble dans la ville de Tulle en instillant le poison des lettres anonymes. C’était entre 1917 et 1922. Retrouvez cette histoire étonnante et ses prolongements étonnants sur l’histgeobox.

Publié dans France société et culture, L'HISTGEOBOX / musique et politique | Pas de Commentaire »

Ressources pour réviser le Bac STG d’histoire géo.

Posté par bricabraque le 2 juin 2010

2f3e1136138bd6d9landing.jpg

Paris, le 24 Mai 1968 (Bill Ray pour Life).

 

* Quelques conseils pour préparer l’examen.

* Des fiches de révision et des liens utiles ici.

* Les sujets du Bac d’HG tombés à Pondichéry cette année (en PDF).

* Les thèmes d’étude:

- Un grand commerce mondial: le café.

-  la Chine

- L’Algérie depuis 1962.

- Un des aspects du thème sur la jeunesse: le festival de Woodstock / Vie et mort du mouvement hippie / le monde en 1968.-

De nombreux aspects du programme en musique.

Publié dans 1968, Algérie, bac 2011, décolonisations, France politique, France société et culture, guerre froide / relations internationales, mondialisation, TCFE | Pas de Commentaire »

Entretien avec Eddy Vaccaro, co-auteur de la BD « Championzé ».

Posté par bricabraque le 13 mai 2010

http://blog.france3.fr/nng_images.php?img=/chroniquesculture/files/c/h/r/chroniquesculture/images/photo-eddy.jpg

Eddy Vaccaro.

 

Après l’entretien que nous a accordé Aurélien Ducoudray, nous avons posé les mêmes questions à Eddy Vaccaro (qui a eu la gentillesse de nous répondre et je l’en remercie), le dessinateur de la très belle bande dessinée intitulée « Championzé: un destin de Battling Siki » sortie début 2010 chez Futuropolis. Il y revient sur son rôle dans la genèse de l’oeuvre, sa collaboration avec Adrien Ducoudray et ses projets (dont vous pouvez prendre connaissance sur son blog qui vaut le détour.

 

L’entretien est à lire sur Samarra.

 

Publié dans France société et culture, Lire-écouter-voir., Racisme / Ségrégation EU, SAMARRA, sport | Pas de Commentaire »

Les tirailleurs sénégalais dans la chanson coloniale.

Posté par bricabraque le 18 avril 2010

Avec l’appel aux troupes coloniales, notamment aux tirailleurs sénégalais, la grande guerre constitue un tournant. Elle permet aux métropolitains de découvrir et donc de mieux connaître les populations des colonies venues servir la patrie. Leur présence prolongée en Europe modifie l’image des Noirs. Une fois la surprise de la découverte de ces individus à la peau sombre, les Français découvrent des hommes, très différents des « sauvages » exhibés et mis en scène dans les expositions coloniales ou décrits dans la presse.

Les tirailleurs sénégalais dans la chanson coloniale. dans colonisation unif8Tirailleurs sénégalais, retour du front. Peinture, 1915.

 

Si la connaissance de l’autre progresse incontestablement avec la venue des troupes noires en métropole, le paternalisme reste toutefois omniprésent. Le caractère primitif s’atténue et l’image du grand enfant redevient prégnante, celle du bon nègre doux, sociable, naïf et rigolard. Marc Michel écrit:  » la représentation très négative du noir sauvage, étrange, barbare, s’ajouta, plus que ne se substitua, une autre image, celle nu Noir « bouffeur de Boches, mais « grand enfant  » et « brave tirailleur à la chéchia. » La chanson contribue à véhiculer ces représentations. Les populations noires sont ré- humanisées, mais toujours dans une perspective raciale et infériorisante. Les stéréotypes abondent dans la plupart des morceaux évoquant les troupes indigènes, notamment ceux consacrés à la force noire, qui fascine tout particulièrement. Une chanson coloniale créée en 1913 l’illustre parfaitement: Bou Dou Ba Da Bouh, interprétée par Félix Mayol.

 

Nous vous en parlons plus largement sur l’histgeobox.

 

Publié dans colonisation, France société et culture, L'HISTGEOBOX / musique et politique, Lire-écouter-voir. | Pas de Commentaire »

12345
 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...